28 Janvier 2022
Éric Zemmour à Chaumont-sur-Tharonne En savoir+
 
#2

Instruction

Le retour à une instruction publique exigeante et performante est indispensable pour redresser le niveau scolaire qui conditionne notre prospérité économique de demain, mais aussi pour faire à nouveau des Français, imprégnés de la culture et de l'Histoire de notre pays.

 

S’il est un domaine dans lequel l’idéologie progressiste a fait des ravages, c’est bien celui de l’éducation, Éducation nationale et Enseignement supérieur confondus. À l’école primaire, pas une année ne passe sans qu’une étude internationale ne mette en évidence l’affaiblissement des élèves en mathématiques. Au collège, il est maintenant admis que le collège unique a produit un nivellement par le bas préjudiciable à tous les élèves, bons ou médiocres. Au lycée, le baccalauréat est devenu une formalité généreusement distribuée à plus de 90 % des candidats. Enfin, dans l’Enseignement supérieur, la démocratisation de l’accès aux masters et aux doctorats a démonétisé ces diplômes tandis que la « discrimination positive » a rendu injuste les processus de sélection. Quel que soit l’étage de notre système éducatif, c’est systématiquement le même écueil qui est en cause : un pédagogisme hors-sol et privilégiant une bienveillance dogmatique.

Cette idéologie a produit l’exact inverse de l’objectif qu’elle s’était fixé, à savoir l’effondrement du niveau académique. Le tort causé à nos enfants et à l’ensemble de la société est immense et il en va de notre responsabilité de mettre fin à cette gabegie pédagogique. L’école française doit redevenir une école méritocratique ayant pour première vocation la transmission du savoir. L’apprentissage des savoir-faire fondamentaux à l’école primaire, la suppression du collège unique ou encore le relèvement du niveau du baccalauréat sont autant de mesures urgentes à mettre en œuvre pour redresser le niveau global. Ce redressement constitue l’un des plus importants préludes à notre relèvement scientifique, industriel et technologique.