28 Janvier 2022
Éric Zemmour à Chaumont-sur-Tharonne En savoir+
 

Dossier de presse : déplacement en Eure-et-Loir

LA RURALITÉ ET SES ENJEUX

Ce vendredi 7 janvier, Éric Zemmour se rend dans le département de l’Eure-et-Loir. À cette occasion, il ira à la rencontre d’élus, agriculteurs et entrepreneurs locaux. Un déplacement qui sera ponctué d’une réunion publique rassemblant plus de 1 000 personnes à Châteaudun.

Pendant la journée, le candidat sera reçu par deux maires du département: Joël Billard (maire de Bonneval) et Vincent Lhopiteau (maire de Villampuy). Du problème des transports aux déserts médicaux, en passant par la fermeture des services publics et les fermetures de classes, Éric Zemmour abordera avec eux les enjeux forts que connaissent aujourd’hui nos campagnes et leurs élus, bien souvent les grands oubliés des politiques publiques.

Une rencontre avec les agriculteurs de la région est également au programme, avant la visite d’une entreprise de production et d’export de semences potagères : la FRASEM.

 

Joël Billard

Joël Billard a 68 ans. Ancien sénateur, il est depuis 1995 maire de Bonneval, une commune rurale de 5000 habitants située au cœur de la Beauce. Également président de la communauté de communes du Bonnevalais et conseiller général d’Eure-et-Loir, Joël Billard est confronté à de nombreuses problématiques qu’il abordera avec le candidat et ayant notamment trait aux transports, à la couverture numérique et aux commerces.

Les deux hommes évoqueront également une idée portée depuis longtemps par Joël Billard : celle de la création d’un ministère de la Ruralité. À l’initiative d’un rapport parlementaire sur l’opportunité de créer un tel ministère lorsqu’il était sénateur, l’édile de Bonneval considère que « la ruralité est une chance à saisir » et qu’au nom de l’égalité des chances, il serait légitime que les habitants du monde rural bénéficient enfin, à travers ce ministère, d’un soutien politique renforcé et inscrit dans la durée. L’objectif premier de ce ministère étant de corriger les nombreuses politiques mises en œuvre par l’État en décalage avec les évolutions du monde rural.

 

Vincent Lhopiteau

Vincent Lhopiteau a 64 ans. Agriculteur de profession, il est maire de Villampuy, une petite commune d’environ 300 habitants située au sud de la Beauce. Vincent Lhopiteau fait partie des maires qui parraineront Éric Zemmour à l’élection présidentielle.

 

La FRASEM

Depuis 25 ans, la FRASEM multiplie et trie des semences potagères. Elle se positionne comme une interface entre les créateurs de variétés et près de 250 agriculteurs. Du semis à la récolte et jusqu’au triage, la FRASEM fournit tous les services associés à cette activité, depuis les tests sur semences jusqu’à la gestion des stocks.

L’entreprise est dirigée depuis 1999 par Frédéric Peters, expert dans l’activité des semences potagères depuis plus de 20 ans.

L’entreprise emploie entre 20 et 30 salariés. Son chiffre d’affaire en 2019 était de 7,9 millions d’euros.

Lors de cette visite, seront notamment abordées la question de l’accompagnement des pouvoirs publics dans l’export de marchandises ainsi que celle de la propriété industrielle des semences.

 

CE QU’ÉRIC ZEMMOUR VA DIRE AUX EURÉLIENS

Éric Zemmour va s’adresser à la France rurale, à cette France trop souvent oubliée, parfois méprisée, et qui représente pourtant une incroyable chance pour notre pays. Une incroyable chance que nos élites n’ont pas su voir, ou trop peu.

Il souhaite leur dire que la République n’est pas réservée aux grandes métropoles. Que la désertification que ces territoires connaissent, dans tous les domaines, n’est pas une fatalité.

Revitaliser la campagne française et assurer la promesse de l’égalité républicaine sur tout le territoire national, voilà la promesse que le candidat souhaite adresser aux Euréliens ainsi qu’aux 22 millions de Français qui vivent en zone rurale.

Pour cela, Éric Zemmour propose de rééquilibrer le soutien de l’État et de soutenir le dynamisme des campagnes de France. Actuellement, la dépense publique est deux fois plus importante pour les « banlieues » des métropoles comparativement aux territoires ruraux.

Plus généralement, et la crise sanitaire l’a démontré, nos métropoles sont saturées sur tous les plans, et leurs habitants rêvent de campagne et d’authenticité. Une politique d’aménagement du territoire est donc indispensable pour permettre de vivre et de travailler dans nos campagnes. Le retour de l’emploi à la campagne, ce sera le retour des familles avec enfants, ce sera la réouverture des écoles et des services publics. Et pour cela, le candidat compte bien faire de la ruralité et de ses TPE-PME un acteur majeur de la réindustrialisation qu’il défend.

Il y a bien évidemment la question des déserts médicaux. Pour lutter contre ce phénomène, Éric Zemmour propose de recruter 1000 médecins salariés en cinq ans. Ces derniers seront déployés dans des centres de santé communaux et départementaux, au plus près des populations.

S’agissant des écoles et des fermetures de classe, Éric Zemmour compte donner pour consigne aux rectorats de calculer les effectifs des classes sur une moyenne de trois ans, et ainsi éviter les fermetures brutales de classes.

En matière d’immigration et d’insécurité, force est de constater que la France des villages n’est plus épargnée : les occupations illégales de terrains, la délinquance itinérante et les décharges sauvages explosent. Pour ces territoires, Éric Zemmour propose le renforcement des moyens matériels et humains de la « Gendarmerie de proximité ».

Préserver le tissu économique des campagnes est aussi l’une des priorités du candidat. Pour cela, il interdira la construction de nouvelles grandes surfaces et zones commerciales à l’entrée de nos villages. Il est également urgent pour lui de réorienter vers ces villages les fonds publics destinés à la politique de la ville et ainsi permettre de rénover et dynamiser leur centre-ville.